Mouvement des étudiants stéphanois

Ce forum est destiné à faire connaître les revendications du mouvement, les compte-rendus des réunions, les actions organisées et permettre à chacun de participer à son élaboration et à l'enrichissement du débat.
 
AccueilAccueil  Site de l'association CURSUS  ConnexionConnexion  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  PortailPortail  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  

Partagez | 
 

 Légitimité des votes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lorène
Admin
avatar

Nombre de messages : 276
Age : 30
Localisation : Saint-Etienne Tréfilerie
Date d'inscription : 25/11/2007

MessageSujet: Légitimité des votes   Lun 17 Déc - 13:28

Sur l'article concernant la reprise de la mobilisation de Nantes, je constate, qu'un président de l'université conteste la légitimité d'un vote sur le blocage: «L’université de Nantes ne peut plus accepter que moins de 10% d’étudiants présents aux assemblées générales interdisent à tous les autres, soit 12.000 étudiants, l’accès normal aux cours et mettent en péril leurs formations»

Je vous pose la question (que j'aurais bien aimée lui poser): quid des faibles pourcentages de votants aux votes électroniques, organisés par les présidences d'université pour la plupart, qui votent la réouverture de la faculté?

Ne vient-il pas de légitimer une légitime contestation de ces votes électroniques qui réunissent moins de 15% de la population étudiante à chaque fois?

Je trouve étrange que les médias s'attardent plus sur la non-légitimité d'un vote organisé par des étudiants réunissant 12% des étudiants que sur la non-légitimité d'un vote organisé par la présidence qui réunit 15% des étudiants.
Jusqu'à présent, je n'aurais jamais contesté un vote, fût-il fait par voie électronique ou/et organisé par la présidence (quoique sur le sujet je sois partagée, puisqu'un président n'a pas à interférer dans le rassemblement des étudiants), mais je trouve, pardonnez-moi l'expression, qu'on se fout de notre gueule. Et je n'aime pas du tout ça!

Article sur le blocage de nantes, pour ceux qui ne l'ont pas lu, cliquez ici


Edit par Lorène le 17/12 à 17h21 (merci à Bobo, j'avais sauté une partie entre virgules).

_________________
Le monstre, que l'on croit l'exception, est la règle. Allez au fond de l'histoire: Néron est un pluriel. (V.Hugo)


Dernière édition par le Lun 17 Déc - 19:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://association-cursus.tk
Bobo



Nombre de messages : 7
Age : 32
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: Légitimité des votes   Lun 17 Déc - 14:53

Je t'invite à relire l'article mais il n s'agit pas d'un représentant de l'Unef qui conteste les AG mais le président de l'université !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
batouabeille



Nombre de messages : 146
Age : 27
Date d'inscription : 29/11/2007

MessageSujet: Re: Légitimité des votes   Lun 17 Déc - 15:14

J'ai cru comprendre que c'était le président de l'université qui avait dit ça.
Pour répondre à ta question, je vais essayer de voir plus loin.
Nous votons parcequ'on nous fait croire que le vote est l'essence de la démocratie. Je citerai ici volontiers le dramaturge britannique Edward Bond, lorsque dans ses Pièces de Guerre, il disait que la démocratie n'était pas le droit de vote, mais le droit à la justice et à la connaissance de la vérité (je ne me souviens plus exactement de ses propos, mais je les rechercherai).
Or, pour en revenir à nos moutons, qu'est-ce que la démocratie? Ethymologiquement, c'est le pouvoir du peuple.
Qu'est-ce que le peuple? C'est simple me direz-vous, il s'agit de l'ensemble des citoyens. Nous considérons donc que ce que décide ce peuple doit tendre à servir l'intéret général.
Qu'est-ce le droit de vote aujourd'hui? C'est l'expression des citoyens le plus souvent pour leur intérêt particulier.
Or la somme des intérêts particuliers ne fait pas l'intérêt général selon Rousseau.
De plus, le droit de vote aujourd'hui distingue une majorité et une minorité. Le démos, c'est la majorité et la minorité", et non pas la majorité contre la minorité.
Dire que ce que fait Sarkozy est démocratique et légitime parce qu'il est élu, c'est tout d'abord ne pas prendre en comte la minorité.
De plus, Légitimité ne rime pas avec légalité. Des dictateurs ont été au préalable élus. Et si ils agissaient dans la légalité qu'ils avaient créé, ils n'en étaient pas pour autant légitimes.
Les héros de la résistance étaient dans l'illégalité la plus complète. De plus la France de l'époque était très largement Pétiniste. Pourtant, d'un point de vue moral, ils étaient dans la légitimité, plus personne n'en doute aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
batouabeille



Nombre de messages : 146
Age : 27
Date d'inscription : 29/11/2007

MessageSujet: Re: Légitimité des votes   Mer 19 Déc - 1:31

Je remet au goût du jour ce sujet, car je pense qu'il pourrait être intéressant qu'on ai un débat plus approfondi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xo
Admin


Nombre de messages : 63
Age : 31
Localisation : St Etienne Métare ex PACA
Date d'inscription : 25/11/2007

MessageSujet: Re: Légitimité des votes   Dim 30 Déc - 4:04

Je trouve que tant que l'information du lieu et de la date des AG sont communiqués de façons evidentes à l'ensemble des etudiants par exemple par affichage aux portes de l'universités, on ne peut contester la légitimité du vote... en effet on m'a toujours entendu ce que je dis tout le temps : va voter car si tu ne votes pas tu n'auras rien à dire, juste à fermer ta gueule !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benoit



Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: Re: Légitimité des votes   Lun 31 Déc - 1:00

Bien dit Xo!!!
Il faut arréter avec la mauvaise foi caractérisé du: je savais pas ou j'ai pas osé car j'ai peur!!
Comme vous avez pu le voir j'avais des choses a dire et j'en ai toujours encore beaucoup, j'ai eu cette chance de pouvoir m'exprimer et bien je l'ai saisi.
Il y a trop d'endroits dans le monde ou c'est impossible, que nous devons en profiter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
batouabeille



Nombre de messages : 146
Age : 27
Date d'inscription : 29/11/2007

MessageSujet: Re: Légitimité des votes   Lun 31 Déc - 17:19

Tu as raison, et c'est génial d'avoir quelqu'un qui pense différement sur ce forum. Etre le seul à penser quelque chose, cela veut dire qu'on peut au moins le penser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorène
Admin
avatar

Nombre de messages : 276
Age : 30
Localisation : Saint-Etienne Tréfilerie
Date d'inscription : 25/11/2007

MessageSujet: Re: Légitimité des votes   Ven 4 Jan - 17:46

C'est exactement ça, c'est la mauvaise foi qui m'insupporte.

Et je trouve étrange que, toujours au sujet de la légitimité des votes, les médias ne parlent jamais de ces professeurs ou de ces doyens de facultés qui penchent vers des partis de droite qui justement libèrent et enjognent très fortement les étudiants à aller voter aux AG ou qu'ils les libèrent juste pour le vote...

_________________
Le monstre, que l'on croit l'exception, est la règle. Allez au fond de l'histoire: Néron est un pluriel. (V.Hugo)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://association-cursus.tk
elsa-marie

avatar

Nombre de messages : 65
Localisation : St-Etienne : Métare
Date d'inscription : 26/11/2007

MessageSujet: Re: Légitimité des votes   Lun 14 Jan - 13:17

Alors, alors....j'ai fait des recherches quant aux votes...un peu d'histoire...on a bien dû l'étudier dans les classes antérieures mais la mémoire est sélective ;-)!!
Je remets en fait au goût du jour cette partie du forum car le 11 et le 12 Février ont lieu les élections des différents CA....et comme il l'a été dit sur le mail de M.Giraudet, 17% de votants...pour une population d'étudiants : instruits...cela n'est pas bon, mais alors pas bon du tout!!!!
Nos prédécesseurs se sont battus pour que l'on acquiert ce droit là et que ce ne soit pas une poignée de personnes qui décident de l'avenir de tout les autres...Le vote me semble-t-il permet de choisir une direction vers laquelle on tend à aller....Ne pas voter pour des conseils de fac je crois que c'est oublier de penser que l'on a de fortes chances d'avoir des enfants, et de ne pas leur préparer le meilleur!!!
Avant de voter renseignons nous...un fort taux de participation sans information ne sert pas à grand' chose, mettre un papier pour dire d'avoir fait son devoir civique, je crois que c'est se mettre le doigt dans l'oeil....réfléchissons et défendons "l'étudiantisme" grâce à notre prise de position au sein des CAs....
Je joint un document ci-dessous pour remettre en mémoire...les galères du droit de vote... :(courage c'est un peu long!!)


http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/citoyen/approfondissements/etapes-conquete-du-droit-vote.html



1791 : suffrage censitaire et indirect

En 1791, la France est gouvernée par une monarchie constitutionnelle mise en place par la constitution des 3-14 septembre 1791. Dans ce régime, la Souveraineté appartient à la nation mais le droit de vote est restreint. Le suffrage est dit censitaire. Seuls les hommes de plus de 25 ans payant un impôt direct (un cens) égal à la valeur de trois journées de travail ont le droit de voter. Ils sont appelés « citoyens actifs ». Les autres, les « citoyens passifs », ne peuvent pas participer aux élections. Le suffrage est aussi indirect car les citoyens actifs élisent des électeurs du second degré, disposant de revenus plus élevés, qui à leur tour élisent les députés à l’Assemblée nationale législative.

Après une brève application du suffrage universel masculin pour élire la Convention en 1792, le suffrage censitaire et indirect est rétabli par le Directoire en 1795. Il existe toujours des électeurs de premier et de second degré. Pour être électeur du premier degré, il faut payer des impôts ou avoir participer à une campagne militaire. Les électeurs du second degré doivent être titulaires de revenus élevés, évalués entre 100 et 200 journées de travail selon les cas. Par ailleurs pour être élu, il faut être âgé de 30 ans minimum pour siéger au Conseil des Cinq Cents et de 40 ans pour le Conseil des Anciens.

1799 : suffrage universel masculin mais limité

La constitution du 22 frimaire an VIII (13 décembre 1799) a mis en place le régime du Consulat. Elle institue le suffrage universel masculin et donne le droit de vote à tous les hommes de plus de 21 ans et ayant demeuré pendant un an sur le territoire. Mais il est limité par le système des listes de confiance. Il s’agit d’un scrutin à trois degrés : les électeurs désignent au suffrage universel un dixième d’entre eux pour figurer sur les listes de confiance communales, ces derniers choisissent ensuite un dixième d’entre eux pour l’établissement des listes départementales, qui eux-mêmes élisent un dixième d’entre eux pour former une liste nationale. Le Sénat choisit ensuite sur cette liste nationale notamment les membres des assemblées législatives. Le peuple ne désigne donc pas encore directement ses représentants.

1815 : suffrage censitaire

La défaite de Napoléon Ier à Waterloo a entraîné la chute de l’Empire et la mise en place d’une monarchie constitutionnelle, la Restauration. Le suffrage universel masculin est aboli et le suffrage censitaire rétabli. Seuls les hommes de trente ans payant une contribution directe de 300 francs ont le droit de vote. Pour être élu, il faut avoir 40 ans et payer au moins 1 000 francs de contributions directes. La loi électorale du 29 juin 1820 du double vote permet aux électeurs les plus imposés de voter deux fois. Ces mesures cherchent à avantager les grands propriétaires fonciers, c’est-à-dire l’aristocratie conservatrice et légitimiste.

Après la révolution des Trois Glorieuses (27, 28, 29 juillet 1830), la Restauration fait place à la Monarchie de Juillet. Le droit de vote est élargi. Le suffrage est toujours censitaire, mais le cens nécessaire pour être électeur passe de 300 à 200 francs (ou 100 francs pour des cas particuliers) et de 1 000 à 500 francs pour être élu (loi du 19 avril 1831). De même, l’âge minimum pour voter est abaissé de 30 à 25 ans et celui pour être élu de 40 à 30 ans. Enfin, la loi du double vote, qui permettait aux électeurs les plus imposés de voter deux fois, est supprimée.

1848 : suffrage universel masculin

Le mouvement révolutionnaire qui éclate en février 1848 met fin à la Monarchie de Juillet et institue la République. Le suffrage universel masculin est alors adopté par le décret du 5 mars 1848 et ne sera plus remis en cause. Sont électeurs tous les Français âgés de 21 ans et jouissant de leurs droits civils et politiques. Le droit d’être élu est accordé à tout électeur de plus de 25 ans. Le vote devient secret.

1944 : droit de vote des femmes et suffrage universel

L’ordonnance du 21 avril 1944 donne aux femmes de plus de 21 ans le droit de vote et rend ainsi le droit de suffrage réellement universel. Les femmes votent pour la première fois aux élections municipales d’avril-mai 1945. Pendant longtemps le droit de vote avait été refusé aux femmes en raison d’arguments misogynes : celles-ci seraient faites pour être des mères et de bonnes épouses, ce qui ne serait pas compatible avec l’exercice du droit de vote ou d’un mandat politique. Par ailleurs, certains hommes politiques redoutaient l’influence qu’aurait pu avoir l’Église sur le vote des femmes. La Première Guerre mondiale et l’apparition des suffragettes a fait progressivement évoluer le débat.

1974 : droit de vote à 18 ans

Le président de la République Valéry Giscard-d’Estaing abaisse, par la loi du 5 juillet 1974, l’âge d’obtention du droit de vote à 18 ans au lieu de 21 ans.



Quelles sont les conditions pour voter ?

Selon l’article 3 de la constitution, « sont électeurs, dans les conditions déterminées par la loi, tous les nationaux français majeurs des deux sexes, jouissant de leurs droits civils et politiques ».

Dès lors, les conditions pour voter sont les suivantes :

  • disposer de la nationalité française : le droit de vote demeurant lié, en France, à la nationalité (sauf s’agissant des ressortissants d’un État membre de l’Union européenne, pour les élections municipales et européennes) ;
  • être majeur : âge fixé à 18 ans depuis 1974 ;
  • jouir de ses droits civils et politiques : cela exclut, d’abord, les majeurs sous tutelle. Ensuite, jusqu’en 1994, le Code électoral prévoyait, pour certains délits et pour l’ensemble des crimes, que les personnes condamnées étaient aussi privées de leur droit de vote de façon permanente. Depuis cette date, il est prévu des incapacités temporaires dont la durée est fixée par le jugement de condamnation ;
  • être inscrit sur la liste électorale : elle est tenue à jour dans chaque mairie. Sont inscrits sur la liste électorale à leur demande, les électeurs domiciliés dans la commune ou qui y résident depuis six mois, ceux qui sont inscrits au rôle des contributions directes (ex : impôts locaux) depuis cinq ans, les fonctionnaires qui sont assujettis à une résidence obligatoire dans la commune. En revanche, les jeunes ayant atteint l’âge de 18 ans entre deux opérations de révisions de listes électorales sont inscrits d’office depuis la loi du 10 novembre 1997.


....allez, un petit défis pour 2008..un peu utopiste certes... : allons tous voter!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
batouabeille



Nombre de messages : 146
Age : 27
Date d'inscription : 29/11/2007

MessageSujet: Re: Légitimité des votes   Mar 17 Fév - 17:53

Encore un sujet que je remet sur la table, surtout avec les élections partielles mi-mars !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Légitimité des votes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Légitimité des votes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Islam- Quelle légitimité spirituelle........
» Légitimité de l'état d'Israël.
» CSE 14 décembre : avis favorable au projet de loi sur la refondation de l'école (détail des votes)
» Israel et le blocus de Gaza
» ECJS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mouvement des étudiants stéphanois :: Débats :: Le bien-fondé des actions-
Sauter vers: