Mouvement des étudiants stéphanois

Ce forum est destiné à faire connaître les revendications du mouvement, les compte-rendus des réunions, les actions organisées et permettre à chacun de participer à son élaboration et à l'enrichissement du débat.
 
AccueilAccueil  Site de l'association CURSUS  ConnexionConnexion  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  PortailPortail  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  

Partagez | 
 

 Mobilisation des étudiants en Allemagne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lorène
Admin
avatar

Nombre de messages : 276
Age : 30
Localisation : Saint-Etienne Tréfilerie
Date d'inscription : 25/11/2007

MessageSujet: Mobilisation des étudiants en Allemagne   Ven 21 Déc - 21:41

Dresde : Plus de 10 000 étudiants manifestent contre une nouvelle loi sur l’enseignement supérieur en Saxe

De nos correspondants 20 décembre 2007

Le 13 décembre, plus de 10 000 étudiants ont manifesté dans la ville allemande de Dresde contre un nouveau projet de loi sur l’enseignement supérieur du Land de Saxe. Le gouvernement de ce Land est une coalition composée du Parti social démocrate (SPD) et de l’Union chrétienne démocrate (CDU) sous la direction du premier ministre Georg Milbracht de la CDU.

Les manifestants venus des principales universités du pays sont arrivés à Dresde dans des trains spécialement affrétés pour l’occasion. La manifestation était organisée en particulier contre les changements apportés aux réglementations existantes et qui accordent actuellement aux étudiants une certaine participation aux décisions prises par les universités. D’après la nouvelle loi, le recteur de l’université aura des pouvoirs beaucoup plus importants et une plus grande autonomie. Cela signifie qu’on retirera pouvoirs et compétences aux organismes existants et qu’on accroîtra la rivalité entre universités.

A l’avenir, les recteurs d’universités pourront utiliser leurs nouveaux pouvoirs pour passer outre les conventions collectives existantes afin d’embaucher du nouveau personnel avec des salaires de misère. Ce processus d’autonomie croissante des universités augmente aussi la probabilité d’introduction de frais universitaires dans un avenir proche. La nouvelle loi aura aussi, si elle est votée de fortes répercussions sur les structures existantes de l’université et aura pour conséquence de diminuer fortement la représentation étudiante au conseil d’administration de l’université.

Les conséquences potentielles de telles mesures apparaissent clairement quand on examine le nouveau rôle proposé au nouveau conseil d’université. Ce conseil se verra attribuer une autorité accrue dans l’organisation des universités au niveau local, avec 50 pour cent des membres de ce conseil provenant de secteurs extérieurs à l’éducation, c’est-à-dire des personnes du monde des affaires ou de la culture qui seront nommées et non pas élues.

Avant même la manifestation de jeudi dernier, les principaux organisateurs, le syndicat du service public Verdi, le syndicat des enseignants (GEW) et les groupes étudiants de la Conférence de Saxe (KSS), tenaient absolument à assurer que la discussion à la manifestation se limite à la question de la participation étudiante aux structures universitaires, plutôt que de faire face aux questions sociales et politiques plus larges. Dans divers tracts, on faisait bien mention de la « commercialisation de l’éducation », mais on y parlait avant tout de décisions concrètes par rapport à la composition des conseils d’université, à l’évaluation des cours et au service d’orientation.

Bon nombre de manifestants étaient motivés par des inquiétudes bien plus fondamentales.

Rikard, 26 ans, étudiant en géographie à l’université de Dresde, a dit que les formulations précises de la loi le laissaient indifférent. Il a dit participer à la manifestation parce qu’il remarquait chaque jour les conséquences de la subordination croissante de l’éducation aux intérêts directs du patronat et de l’économie. La participation étudiante est attaquée, d’après lui, parce que les grandes entreprises veulent exercer une plus grande influence sur le contenu des programmes universitaires. « Mais cela se produit dans tous les domaines et cela ne se limite pas à la question de la participation. »

En fait, les conditions d’étude ont rapidement changé en Allemagne ces dernières années. L’introduction des Masters et des licences dans presque toutes les universités, de même que ce qu’on appelle les « pôles d’excellence » introduits par le gouvernement allemand et les coupes dans le budget de l’éducation ont déjà conduit à une orientation marquée en faveur des intérêts du marché. Le but est d’accroître la compétitivité de l’Allemagne internationalement et de pouvoir exporter l’éducation comme toute autre marchandise.

Christian, 22 ans, étudiant en génie civil à l’université de Dresde, a fait remarquer un autre lien important : « Je manifeste ici, pas seulement pour la démocratie à l’université, mais pour la démocratie en général. Partout les droits démocratiques sont attaqués au moyen de mesures de surveillance accrues. Le but c’est de nous transformer tous en personnes « transparentes » qui peuvent être facilement identifiées et contrôlées. Nous devons défendre la participation à l’université maintenant pour nous assurer une situation favorable quand on en viendra à d’autres luttes, par exemple sur la question des frais universitaires. »

Les Verts et le Parti de la Gauche ont essayé de se placer en tête de cortège. Tout à l’avant il y avait ce qu’on appelle la « Gauche-mobile » dont les haut-parleurs hurlaient de la musique assourdissante entrecoupée de vagues slogans. Ces deux partis avaient envoyé leurs intervenants sur les questions d’éducation pour prendre la parole devant le rassemblement, mais ils n’avaient pas grand-chose à dire. Comme ils montaient sur la plateforme, ils ont été accueillis par de maigres applaudissements et quelques sifflets.

Plus hostile encore a été l’accueil réservé au ministre de l’éducation et de la culture de Saxe, Eva Maria Stange (SPD.) C’est elle qui est responsable de cette nouvelle loi et elle est montée à la tribune dans le but d’insulter avec arrogance les étudiants réunis. « La plupart d’entre vous ne savez même pas ce qu’il y a dans cette loi, » a-t-elle dit puis suite aux sifflets de son auditoire elle a poursuivi : « Cela n’a pas de sens d’essayer de discuter de cette loi correctement avec vous. » Elle n’avait absolument rien à proposer qui ressemble à un argument rationnel.

Une autre intervenante, Nathalie Meyer de l’université de Giessen, a souligné l’importance de la privatisation accrue de l’éducation et sa relation avec la polarisation sociale grandissante et a conclu en disant qu’il était impossible de faire confiance aux partis politiques établis. Cependant aucun intervenant n’a critiqué le Parti de la Gauche ni les Verts, bien que lorsqu’ils étaient au pouvoir, ces deux partis aient activement soutenu les attaques sur l’éducation et les programmes sociaux. En Saxe, ces partis sont dans l’opposition, mais un intervenant du KSS a prétendu qu’une coalition de ces partis de « gauche » au gouvernement contribuerait à résoudre les problèmes auxquels sont confrontés les étudiants.

L’unique intervenant lors du rassemblement à soulever la question du rôle du Parti de la Gauche et des Verts a été Marius Heuser parlant au nom du World Socialist Web Site. Il a dit, « Les étudiants ne sont pas uniquement confrontés à une attaque sur leur participation, mais ils sont confrontés au processus de la subordination grandissante de tout le secteur de l’éducation aux intérêts du patronat et de l’économie. Nous manifestons ici non seulement contre Milbradt et non seulement contre l’abolition de la participation étudiante, mais contre le processus de l’Union européenne, le processus de Bologne dans son ensemble [un effort pour créer une zone européenne d’enseignement supérieur d’ici 2010] qui a pour objectif de transformer en marchandise le droit fondamental à l’éducation. »

Après de longs applaudissements, il a poursuivi : « Evidemment, la subordination de l’éducation aux intérêts de profits d’une minuscule couche est directement liée à la subordination de chaque aspect individuel de la vie sociale à la logique du marché, que ce soit en matière de polarisation sociale, de militarisme et de réarmement, ou de restriction des droits sociaux fondamentaux. Mais si nous sommes clairs là-dessus, alors nous devons aussi envisager comment on peut combattre cette évolution.

« A ce sujet, je voudrais dire un mot sur la participation des syndicats, des Verts et du Parti de la Gauche à cette manifestation. Je considère que ce n’est rien moins qu’une insulte qu’ils essaient de monopoliser la tête de la manifestation. Ils ne sont pas de notre bord. Sur la question de la participation : bien que les étudiants aient fait grève pendant un trimestre entier, organisant des manifestations et des protestations entre autres à Berlin, le Parti de la Gauche a, aux côtés du SPD, mis en place des coupes budgétaires de 75 millions d’euros dans les universités de la ville.

« Comme vous pouvez l’imaginer, les coupes les plus importantes ont été faites dans les sciences humaines. Dans une situation où les universités sont confrontées en permanence à une pénurie de fonds, elles sont obligées pour compléter leur budget de faire appel à des sponsors du patronat tout en procédant aux inévitables réductions de personnel enseignant et de matériel pédagogique. A Berlin, le Parti de la Gauche est responsable d’un large éventail de coupes budgétaires dans le domaine de l’enseignement et des services sociaux.

« Un mouvement contre les attaques sur l’éducation et les acquis sociaux ainsi que sur les droits démocratiques ne peut se développer que contre ces partis et ces organisations. A la lumière de l’augmentation énorme des tensions sociales, du militarisme et de la guerre, un tel mouvement doit entreprendre de défier la subordination de la vie sociale au système de profit et adopter une perspective socialiste et internationaliste.

« La construction d’un tel mouvement international est l’objectif du World Socialist Web Site. La première étape consiste à construire l’Internationale étudiante pour l’égalité sociale (IEES), fédération étudiante internationale. »

Suite à son discours, fréquemment interrompu par des applaudissements, de nombreux étudiants sont venus à la table où était installée la littérature du WSWS pour donner leur adresse e-mail et recevoir des informations sur les prochaines réunions de l’IEES.

(Article original allemand paru le 14 décembre 2007)

_________________
Le monstre, que l'on croit l'exception, est la règle. Allez au fond de l'histoire: Néron est un pluriel. (V.Hugo)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://association-cursus.tk
 
Mobilisation des étudiants en Allemagne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saint Henri II Empereur d'Allemagne, commentaire du jour "Jésus se mit à faire des reproches aux villes où..."
» UN IMMENSE CRATERE S'EST FORME EN ALLEMAGNE
» [ALLEMAGNE] NASSAU
» Etudes en allemagne
» [ALLEMAGNE] Fers de flèche : Wachsmut von Mûhlhausen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mouvement des étudiants stéphanois :: Archives-
Sauter vers: